Le kayamb

Utilisation

Le joueur tient son kayamb des deux mains, en l'inclinant légèrement. Il le balance en rythme, de droite à gauche, d'un mouvement régulier. C'est le glissement de toutes les petites billes à l'intérieur de l'instrument (généralement des graines de safran marron, ou plus rarement de cascavelle) qui produit le son. Pour certains, il s'apparente au bruit du hochet, ou des maracas sud-américains. En fait, la "couleur sonore" est fonction de divers facteurs, tels que les dimensions de la caisse de résonance, la quantité et la qualité des graines. Bien entendu, à côté du roulèr (gros tambour que l'on chevauche), du bobre (arc muni d'une calebasse qui résonne) et du pikeur (ensemble de deux ou trois nœuds de bambou sur lesquels on frappe à l'aide de baguettes), le kayamb fait partie des principaux instruments de musique du maloya. Mais aujourd'hui il également utilisé pour les bruitages cinématographiques. Le son né du roulement des graines imite le bruit du trot du cheval, ou encore de la mer mourant sur les galets… Venu du Mozambique, où il était réalisé à partir de roseaux, le kayamb transite par Madagascar, avant d'arriver à la Réunion avec les premiers esclaves.

L' emblème du maloya

A l'origine, on s'en sert lors des cérémonies dans les chapelles malgaches, notamment pour appeler les ancêtres. Les matériaux pour la fabrication du kayamb ont eux aussi évolué au fil du temps. Ainsi, aujourd'hui le kayamb est fabriqué à l'aide d'un cadre en bois rempli de graines, sur lequel sont clouées deux rangées superposées de tiges de fleurs de canne séchées. Mais à l'époque, il n'existait pas de clous. Les fleurs de canne étaient simplement tressées avec une corde. Le saviez-vous ? Il faut environ 300 clous pour faire un kayamb, et plus d'une centaine de fleurs de canne, clouées une à une. La fabrication d'un instrument de qualité nécessite environ une heure. Cependant, pour réunir tous les matériaux nécessaires, il faut prévoir une bonne journée. De nos jours, le kayamb est encore très à la mode. Avec des chanteurs comme Danyel Waro, Gramoun Lélé et Ti Fock, pour nous conter des scènes de vie d'antan et de tendres histoires d'amour, vous n'avez pas fini d'entendre chanter au son du kayamb.

Grain de conflore

 


Zene-Belo ©2007